BLOGBOULES

J'ai trouvé assez sympas, le concept, et aussi, "le lieu", afin de venir y partager... mes reflexions, mes opinions, et aussi... y exprimer, mes emotions, mes impressions, mes sensations... mais avant tout, pour m'y distraire...

23 juin 2006

DE TOI...

En balance

J’ai laissé mes vieux bonbons.
Réglisse Swiss, sureau Ricola, sur le rebord de la fenêtre du RER.
Les vieux démons décolorés abandonnés ; j’ai le cœur pas plus léger.
Seul mon sac s’est vidé.
Ma vie résumée en un petit chapelet de sucres aux allures décaties. Nous sommes à XX/Orge.
Les lèvres sèches mais décidément, je ne trouve pas le goût d’amertume de circonstance. Peut-être qu’une alchimie magique vient masquer ces désagréments pour mon bien ; à moins qu’il ne s’agisse encore d’une grande farce collective à laquelle beaucoup se prêtent en forçant leurs papilles de nostalgie pour vivre la tristesse des 5 sens.
Moi, c’est le bide qui se démolit. Juste lui. Rien que lui. Plus besoin de saccharose.
Encore moins d’un sac de roses. A placer sur mon plexus solaire explosé.
Ton sur ton, on ne voit rien.
Il vaudrait mieux d’abord le caser dans une boîte confectionner à cet effet, enguirlandée d’angelots aux formes de mécanos.
En fer de préférence. Pour éviter l’oxydation progressive, l’accélérer avec du citron abondamment.
Paris.
Je récupère mes bonbons.

Nine
(qui a perdu ses codes d'acces et publie sous le pseudo de mick)

on t'aime...
crypto, gna gna gna et mick

21 Commentaires:

At 11:10 AM, Anonymous Staner à dit...

J'aime bien la tristesse ésotérique de ce billet.

 
At 10:36 PM, Blogger poup43 à dit...

Dés les premières lignes, j'ai pensé c'est pas du mickaloff . Quand j'ai lu " confectionner " je me suis dit, si peut--être, mais quel contraste avec le post du 20 juin ; et puis ç'en était pas . Je te salue, ma/Nine

 
At 10:28 AM, Anonymous Lilou à dit...

Bonjour Mlle Miickaloff, je compatie, nous avons tous nos moments de folie, moi je préfère les Harry, mais seulement lorsqu'ils sont beaux, plus il y a de colorants, plus c'est bon. Et moi, je ne abandonne pas, tant pis pour les conséquences, j'assume! :-)

 
At 9:00 PM, Anonymous nine à dit...

Esotérisme : Syn d'occultisme... ca me va !

Les harry, je m'y colle dès maintenant, merci du filon!

Les fotes, j'uis pas la soeur de Mickaloff pour rien : elle m'a toujours dévalorisée en me mettant de 0/20 surlignés en orthographe petite...

 
At 12:17 AM, Anonymous Laurent à dit...

Que c'est difficile à comprendre. Pourtant c'est pas faute d'avoir essayé.

 
At 11:40 AM, Anonymous Staner à dit...

Moi je n'ai rien compris, mais cela ne me dérange pas, j'ai juste ressentie l'atmosphère, après le reste ...

PS : Pour la faute, je ne l'avait même pas vue !

 
At 9:09 PM, Anonymous lola à dit...

c'est très joli.... c'est si fort !

 
At 10:30 AM, Anonymous Laurent à dit...

Mélancolique, c'est le mot que je cherchais.

 
At 11:41 AM, Blogger vinayru à dit...

[url=http://www.pour-bientot.com][img]http://www.pour-bientot.com/513263-1151486616.png[/img][/url]


:'(

 
At 10:08 AM, Anonymous nine à dit...

J'ai les neurones dans le vide matinal mais un Larousse salvateur...

mélancolie :
Rattachée depuis la fin du 19è S. à la psychose maniaco dépressive, la mélancolie en constitue la manifestation la plus fréquente. Le premier accès en survient entre 30 et 40 ans (preuve que je ne suis pas mélancolique mm si le texte l'est... peut être...) et se traduit par une asthénie, un manque de goût généralisé et une insomnie croissante. La douleur morale est profonde (ça sonne plus comme un jugement psychatrique qu'un constat scientifique) et s'accompagne d'auto-acccusations, d'un sentiment d'indignité et de ruine. Les thérapeutiques modernes, sels de lithium et antidépresseurs, permettent d'en raccourcir la durée et d'en prévenir la récidive (ça m'a l'air très efficaces ces mots d'experts!).

(PS: désolé Laurent, je connais pas mon code typo)

 
At 12:15 PM, Anonymous Laurent à dit...

C'est là l'acception médicale, voire psychologique du terme. Je me munis donc de mon fidèle Dictionnaire Historique de la Langue Française (chez Robert, sous la direction d'Alain Rey, disponible en version économique et en trois volumes pour la modique somme de 60 euros) et je lis, après une introduction sur l'origine étymologique du terme et ses dérives au cours de l'histoire : En français, pour mélancolie (anciennement aussi mélancholie et mélancolie), le sens psychologique a précédé le sens médical (1256) parce que le mot était entré dans le vocabulaire littéraire courtois, recouvrant un registre d'états et de sentiments allant de la tristesse profonde à l'inquiétude, et même à la folie et au délire. L'idée de tristesse finit par prévaloir sur celles de dépit, d'irritabilité (1190) et de folle rêverie (déb. XIIIe s), effaçant aussi le sens secondaire de "minauderie amoureuse" (v. 1250). Ce développement est propre au français et témoigne de l'évolution du goût, la mélancolie faisant l'objet d'une histoire complexe de valorisation/dévalorisation depuis l'Antiquité (Aristote)

Voilà, tu penses bien que je ne me serais pas permis de gloser sur ta santé mentale qui me semble tout à fait convenable. Par contre, la définition que tu en donnes serait à même de m'inquiéter en ce qui concerne la mienne (de santé mentale). Pour terminer sur le code typographique, le connaitrais-tu que tu serais dans l'incapacité de l'appliquer ici, les navigateurs web n'étant que très peu au fait de ces subtilités.

 
At 1:25 PM, Anonymous Staner à dit...

Je suis un tout petit peu stupéfactionné car je pensait que la mélancolie avait disparue au début du XX ième siècle avec la fin du romantisme et que maintenant on devait se contenter de la dépression médicamentée où de la flemmardise conspué par le néo-libéralisme pronant les valeurs du travail et de l'autodétermination dans les rayons des hypermarchés.
M'en voilà tout retourné et mon système de valeurs à ré-échelonner !

 
At 3:56 PM, Anonymous Laurent à dit...

Sachant que le méla de mélancolie nous provient du grec mélas: "sombre, noir". C'est d'ailleurs le même que l'on retrouve dans Mélanaisie, proprement : région insulaire des Noirs, on préfèrera ne pas se demander quelle peut bien être la signification de Mélancolique.

 
At 4:03 PM, Anonymous Laurent à dit...

D'aileurs ne dit-on pas : une mélancolique frénétique?

A propos de la période romantique et de mélancolie, le sens affaibli et courant de tristesse douce et vague est attesté au XVIIe s (1669). Il s'est répandu depuis le pré-romantisme (c'est-à-dire les barbares) et le romantisme. Avec une majuscule, le mot désigne la personnification del'état mélancolique. Par métonymie, il est appliqué au caractère de ce qui inspire cet état.

Voilà, quant à moi, j'ai bouclé ce que j'avais à faire en urgence, je suis en congés dès que j'aurais passé la porte de mon bureau. Comment ça, ça se voit ?

 
At 4:05 PM, Anonymous Laurent à dit...

Et je ne passerai pas la porte de mon bureau avant de souhaiter plein de bonnes choses à Marie

 
At 5:28 PM, Blogger .Mo. à dit...

cool, enfin de bonnes nouvelles!
merci Alex

plein de bisous Marie!!!!

 
At 3:48 PM, Anonymous nine à dit...

cool y mâché d'ancolies mêlées
colis emmêlé des chicots de mollah
schéma du mali en mal de mal de mal malmalmalmalmamamamamamamamamammamamamammamamamamamammamamamamammamamamamamamamamamamamamamamamamamamamamamamamammamamammamamamamamamamamamamamamamamamammmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

 
At 6:02 PM, Anonymous Bobby L à dit...

quelle méli mélodie !
ça fait de l'effet les farfadets farfelus en fait ?

 
At 12:17 PM, Blogger poup43 à dit...

La fabrique de fromages blancs se mettra en route jeudi, dans la soirée

 
At 1:56 PM, Anonymous Laurent à dit...

Diantre !



Slurp

 
At 7:33 PM, Blogger mickaloff à dit...

COOL !!!!!!!

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home